Logo Globice Réunion

Cachalot

( Physeter macrocephalus )

Caractéristiques

De tous les cétacés à dents, le cachalot représente l’espèce la plus répartie dans tous les océans. Les mâles et les femelles ont des comportements différents et ne fréquentent pas les mêmes eaux.

Les groupes, comptant près de 20 à 30 individus, ont une structure sociale matriarcale. Les phases de repos groupées sont effectuées à la surface, en silence ou en partageant des vocalises de socialisation (communication par codas).

Les cachalots mettent en place des techniques de protection par exemple, « la Formation en marguerite ». C’est une disposition d’encerclement qui vise à protéger les bébés du danger extérieur au cercle, en battant de la caudale pour intimider les prédateurs comme les orques.

  • TypeCétacé à dents, portées uniquement par sa mâchoire inférieure (18 à 30 paires)
  • TailleMesure de 12 à 20 mètres
  • PoidsPeut peser jusqu’à 57 tonnes pour un mâle et 15 tonnes pour une femelle
  • Espérance de viePeut vivre jusqu’à 70 ans
  • RespirationLe cachalot est un plongeur performant, peut plonger jusqu’à 3km de profondeur plus de 2h sous l’eau. Sonde pendant en moyenne 45min – émission de clics d’écholocation. Période de respiration de 10min
  • Physionomie

    Détient le plus gros cerveau que l’on connaisse chez les mammifères.

    Une tête massive, large et carrée (pourrait contenir une voiture).

    L’évent situé à gauche au bout de la tête, souffle bas et en oblique.

    Bosse sur le dos; Nageoires pectorales courtes et larges.

    Nageoires caudales triangulaires, qui permettent l’identification unique des individus.

    Habitat : autour des îles océaniques, canyons sous-marins.

    Présent sur les fonds abrupts sur des profondeurs de 500 à 2000 mètres.

  • CouleursPeau sombre et ridée (gris/brun sombre)
Écouter son chant

le plus grand cétacé à dents

De tous les cétacés à dents, le cachalot représente l’espèce la plus répartie dans tous les océans. Les mâles et les femelles ont des comportements différents et ne fréquentent pas les mêmes eaux.

Les groupes, comptant près de 20 à 30 individus, ont une structure sociale matriarcale. Les phases de repos groupées sont effectuées à la surface, en silence ou en partageant des vocalises de socialisation (communication par codas).

Les cachalots mettent en place des techniques de protection par exemple, « la Formation en marguerite ». C’est une disposition d’encerclement qui vise à protéger les bébés du danger extérieur au cercle, en battant de la caudale pour intimider les prédateurs comme les orques.

Menaces

  • Dans le passé la chasse commerciale a décimé la population de cachalots (produits réalisés à partir de matières présentes dans sa tête ou de ses intestins). L’espèce a été au bord de l’extinction, jusqu’à l’interdiction de la pêche en 1982 (Commission baleinière internationale).
  • La mer Méditerranée étant fortement contaminée par les polluants (métaux lourds), cela influencerait le taux de reproduction de l’espèce.
  • Les débris flottants dans l’océan ont provoqué des obstructions d’estomac chez certains cachalots. Il existe aussi des cas de collisions avec les navires (Caraïbes). Certaines blessures et cas de mortalité sont dus à l’enchevêtrement dans des filets à l’abandon, qui dérivent au grè des courants.
  • Les activités de pêche à la palangre de fond (en Terres australes par exemple) ont donné lieu à des captures accidentelles.
  • L’augmentation des bruits causés par les activités humaines perturbe les cachalots, dans leur rythme alimentaire et leur communication, impactant son cycle de reproduction.
  • Le développement des activités d’observation peut également lui nuire dans certaines zones du monde.

Statut UICN

Réunion : données insuffisantes
Mondial : vulnérable

Galerie photos

Cliquez sur l'image pour ouvrir le diaporama

Projets en cours

De 2008 à 2015, 6 missions d’études ont été menées par l’équipe scientifique de Globice, entre l’île de la Réunion et l’île Maurice. Cela a permis d’identifier dès 2005 une population de cachalots résidente autour de Maurice, mais aussi d’approfondir les connaissances sur les structures sociales de leurs groupes et leurs moyens de communication.

Les autres espèces