Logo Globice Réunion

Projet
SCAN’R

Nos partenaires

Objectif du projet

Mieux évaluer les risques d’exposition
des populations de cétacés au trafic maritime

La tendance à l’accroissement du trafic maritime constitue un risque de pression non négligeable sur la biodiversité marine des eaux réunionnaises, en particulier les populations de cétacés (risques liés au bruit et aux collisions notamment). Pourtant, à ce jour les connaissances manquent pour décrire ce trafic, mesurer son impact et accompagner sa gestion.

Le projet « SCAN’R » a pour but :

  • de décrire le trafic maritime associé aux différentes activités humaines dans les eaux réunionnaises (fret, pêche, plongée, observation de la mégafaune, etc..)
  • de décrire où les cétacés présents à La Réunion croisent le trafic maritime
  • d’évaluer le risque d’exposition de ces espèces au trafic maritime

Ce projet permettra d’agir pour la conservation des cétacés communément présents dans les eaux territoriales réunionnaises, par l’amélioration de la compréhension des menaces exercées par le trafic maritime sur les espèces les plus sensibles, de par leur faible effectif et leur isolement (grand dauphin de l’Indo-Pacifique), leur habitat de repos restreint (dauphin long bec), ou leur présence en période de reproduction, particulièrement critique (baleine à bosse), ainsi que sur les espèces du large (grand dauphin commun et dauphin tacheté pantropical) faisant également l’objet des Plans Directeurs de Conservation. 

SCAN’R permettra de sensibiliser les professionnels et usagers de la mer aux pressions induites par le trafic maritime sur les cétacés, et favorisera ainsi le développement durable des activités nautiques et maritimes, enjeu fort de leur essor récent et à venir dans le domaine marin réunionnais.

 

Cette page web a été réalisée avec le soutien financier du programme LIFE de l’Union européenne, de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) et de l’Agence Française de Développement (AFD) au travers du programme LIFE4BEST. Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité de et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne, de l’OFB ou de l’AFD.