Objectifs

A quoi sert le travail de recherche appliquée mené par Globice ?

 

L’amélioration de la connaissance grâce à la recherche scientifique constitue la base de toute démarche de préservation de la biodiversité et de conservation des espèces et de leurs habitats. Les publications scientifiques permettent de partager les résultats des études menées sur le terrain, aussi bien au niveau local que régional, national et international ; elles permettent également de recenser et suivre la connaissance dans le temps.

Globice effectue un travail de recherche sur les cétacés de la zone sud-ouest de l’océan Indien. Tous les protocoles d’observation et de collecte de données qui sont mis en œuvre alimentent une base de données structurée, qui permet le croisement d’informations, l’analyse et le traitement statistique. Les publications scientifiques de l’association ont pour objectifs de permettre :

– La validation et le partage de la connaissance : les populations de cétacés fréquentant les eaux réunionnaises doivent être reconnues au niveau de l’océan Indien et au niveau international. Sans publications scientifiques, la communauté nationale ou internationale considère que les données sont manquantes à La Réunion et les cétacés présents autour de l’île ne seront pas pris en compte dans l’amélioration de la connaissance et les estimations d’abondance globale par espèce.

Par exemple : les publications de l’association Globice alimentent la connaissance et le diagnostic de la Réserve Naturelle Marine de la Réunion et celui de la commission scientifique préparatoire aux travaux de la Commission Baleinière Internationale.

– L’évaluation de l’évolution de la biodiversité : le travail d’estimation d’abondance des populations des cétacés réunionnais et leur suivi dans le temps permettent d’apprécier les pressions et menaces qui s’exercent sur les espèces et leurs habitats.

Par exemple : les publications et données recensées par l’association Globice ont permis d’estimer la vulnérabilité des espèces de cétacés de la Réunion pour établir les listes rouge de l’UICN des mammifères marins de la Réunion.

– Le travail en partenariat : les publications scientifiques facilitent les échanges de données et d’information sur certaines espèces de cétacés dans le travail partenarial avec les autres ONG à vocation scientifique de la zone sud-ouest de l’océan Indien.

Par exemple : une plateforme en ligne de comparaison des photos d’identification des baleines à bosse est en cours de création. Elle permettra de favoriser les échanges de données entre les partenaires du consortium IndoCet pour la recherche sur les cétacés dans le sud-ouest de l’océan Indien.

– L’information et la sensibilisation du grand public, former les usagers et professionnels de la mer ainsi que les pouvoirs publics : la recherche menée localement par l’association permet d’informer le grand public, les enfants en milieu scolaire sur les différentes espèces observées autour de l’île, leur abondance, répartition, comportement, ainsi que les menaces qui pèsent sur elles. Cela permet aussi de dispenser des formations techniques aux usagers et professionnels de la mer pour qu’à leur tour ils répondent aux interrogations du public.

Les commentaires sont clos.