Les pressions sur les cétacés

Estimation de Greenpeace des dauphins et marsouins tués par la pêche au chalut chaque année dans l’Atlantique Nord Est.

La chasse à la baleine

Depuis la nuit des temps, une chasse de subsistance a été menée par des peuples comme les Inuits tirant leur subsistance de la mer. Mais avec le développement des moyens de mise à la mer et de nouvelles techniques de chasse, la chasse à la baleine est devenue à partir du XVIIème siècle et surtout au 20ème siècle, une industrie amenant au bord de l’extinction la plupart des baleines à fanons et des cachalots dans les années 70.

Les menaces

Outre les risques naturels comme les attaques de prédateurs tels que les requins ou les orques, les principales menaces pesant sur les cétacés sont d’origine anthropiques :

• prises accidentelles lors de la pêche,
• collisions avec les navires,
• perturbation des systèmes d’orientation et de communication par la pollution sonore,
• asphyxie et indigestions liées aux macro déchets,
• empoisonnements aux pollutions chimiques.

%

Cétacés retrouvés morts entre 1972 et 2001 ont pour origine des collisions au Sanctuaire Pelagos en Méditerranée

Le whale watching

Le whale watching, tourisme d’observation des baleines, a connu un développement rapide ces 20 dernières années et s’oppose parfois à la chasse en terme de chiffre d’affaire généré et de nombre d’emplois créés.

En 2008, le chiffre d’affaire (sorties d’observation plus déplacement, hôtellerie, restauration et souvenirs) est estimé à plus de deux milliard de dollars par an, contre 504 millions en 1994.

Néanmoins, il est essentiel de développer des outils permettant d’encadrer cette activité de whale watching et de limiter ses impacts négatifs.

C’est l’objet de la charte d’approche des baleines mise en place en 2009.

Consulter la charte d’approche des baleines

Les outils de protection

La réglementation

Des réglementations et des conventions internationales (CITES, Bonn, Berne) plus ou moins fortes selon les espèces, régissent le commerce et les impacts sur la faune sauvage, son milieu de vie et ses aires de migrations. Cela concerne pratiquement toutes les espèces de mammifères marins. Dans l’ensemble des eaux territoriales françaises, toutes les espèces de cétacés sont protégées (art. L411-1 du code de l’environnement). Sont notamment interdits : la mutilation, la capture ou la perturbation intentionnelle de la faune sauvage y compris pour la prise de vue ou de son.

La Réserve Marine

La Réserve Naturelle Marine de la Réunion a pour objectif de protéger les récifs coralliens de l’île et d’assurer leur gestion durable. Organisée en trois niveaux de protection, elle réglemente les activités de pêche et de loisir pour tenter de stopper la dégradation du milieu observée depuis les années 80. Trois espèces de cétacés la fréquentent : le grand dauphin, le dauphin long bec et la baleine à bosse.

L’UICN

Créée en 1948, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature regroupe en 2010, 68 États, 103 organismes publics et des ONG. L’objectif est d’influer, d’encourager et d’aider les sociétés du monde entier à conserver leur biodiversité. En lien avec le Muséum d’Histoire Naturelle, l’UICN évalue l’état de conservation des espèces sauvages et élabore la liste rouge des espèces menacées sur la base des meilleures connaissances scientifiques disponibles. Cela constitue l’inventaire mondial le plus complet. La France se situe au 8e rang mondial des pays abritant le plus grand nombre d’espèces menacées (756) et La Réunion se situe dans l’un des 34 points chauds de biodiversité de la planète.
Membre de l’UICN, Globice a participé à l’élaboration de la liste rouge des mammifères marins de La Réunion. Le Grand Dauphin de l’Indo-Pacifique (en danger) et la Baleine à Bosse (vulnérable) y sont considérés comme espèces menacées.

A La Réunion les menaces qui pèsent sur les cétacés sont relativement modérées par rapport à d’autres zones de la planète, elles sont néanmoins potentielles.

La Commision Baleinière Internationale

Face aux menaces d’extinction de la ressource, des mesures de régulation de chasse ont été mises en place dès 1946 et en particulier avec la création de la Commission Baleinière Internationale en 1948 qui a pour objectif de suivre et réviser si nécessaire, les mesures prévues par la Convention qui régit la chasse à la baleine dans le monde.
Actuellement 89 pays, représentés par un commissaire assisté par des experts et des conseillers, siègent à la CBI.

Pays pro-chasse :

Antigua-et-Barbuda, Bénin, Cambodge, Cameroun, Chine, République du Congo, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Danemark, Dominique, Erythrée, Gabon, Gambie, Grenade, Guatemala, Guinée, Guinée-Bissau, Iles Marshall, Islande, Japon, Kiribati, Laos, Mali, Mauritanie, Mongolie, Maroc, Nauru, Nicaragua, Norvège, Palaos, Russie, Salomon, St Christophe-et Niéves, Sainte-Lucie, St Vincent et le Grenadine, Sénégal, Suriname, Tanzanie, Togo, Tuvalu

Pays anti-chasse :

Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bélize, Brésil, Bulgarie, Chili, Chypre, Costa Rica, Croatie, Equateur, Espagne, Estonie, Etats-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Israël, Inde, Irlande, Italie, Kénya, Luxembourg, Mexique, Monaco, Nvelle-Zélande, Oman, Panama, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Portugal, Rép. Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Saint-Marin, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Uruguay.

Pour info : procédure de vote : les décisions contraignantes comme la création des sanctuaires et les quotas de chasse se prennent à la majorité des 3/4. Les recommandations et les résolutions non contraignantes se prennent à la majorité simple (50 %). Par contre, si le gouvernement considère que ses intérêts nationaux ou sa souveraineté nationale sont indûment affectés, il a possibilité d’introduire une objection dans les 90 jours après le vote, ce qui permet à un certain nombre de pays de contourner les décisions de la CBI.

En 1982, un moratoire suspendant la chasse à la baleine dite commerciale a été adoptée par une majorité des trois quarts des membres de la CBI. Ce moratoire est entré en vigueur en 1986.

Depuis 2008, les données apportées par Globice concernant les cétacés de La Réunion sont prises en compte au comité scientifique de la CBI et l’association a représenté La Réunion dans la délégation de la COI au Chili en 2008.

Les sanctuaires

Deux zones du globe sont protégées par des sanctuaires définis par la CBI : zones protégées dans lesquelles la chasse est interdite même en cas de levée du moratoire:

• sanctuaire de l’Océan Indien créé en 1979, sur l’initiative des Seychelles
• sanctuaire de l’Océan Austral, crée en 1994, autour de l’Antarctique sur l’initiative de la France, mais le Japon a posé une objection lui permettant d’y pratiquer la chasse.

De plus, nombreux Etats ont instauré des aires de protection nationales dans les eaux placées sous leur juridiction :

• sanctuaire de la Basse Californie sur la côte ouest du Mexique.
• sanctuaire de l’Australie, les îles Cook, Fidji, la Polynésie Française, la Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande, Niue, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tonga, Samoa, et le Vanuatu.
• sanctuaire international Pelagos de Méditerranée, Italie, France et Monaco.
• projet de sanctuaire des Antilles Françaises.

Malgré 25 ans de moratoire, beaucoup d’espèces de mysticètes et d’odontocètes restent en danger actuellement et la chasse à la baleine se poursuit sous différentes formes :

• la chasse aborigène qui concerne : l’Alaska, le Danemark, la Russie et Saint Vincent et Grenadines.
• la chasse commerciale par 2 pays qui utilisent la clause d’objection : la Norvège et l’Islande.
• la chasse scientifique par le Japon et l’Islande.
De plus, le Japon mène une politique très active de lobbying auprès des pays pauvres en monnayant leurs voix à la CBI contre des programmes de développement.

Quelques chiffres :

Iles Féroé au Danemark : massacre de centaines de Globicéphale chaque année.

Quotas 2008-2012 de la chasse aborigène des baleines sur 5 ans

Massacre de dauphins par an au Japon

Quotas de la chasse commerciale depuis 1993 par an des petits rorquals en Norvège

Quotas de la chasse scientifique de petits rorquals depuis 1986

Quotas de la chasse commerciale depuis 2006 par an des petits rorquals en Norvège

Quotas de la chasse commerciale depuis 2006 par an des rorquals communs en Norvège

Les commentaires sont clos.